La legende de GreenTail

La légende raconte, que dans l’antique empire chinois, un paysan aurait confondu l’orge de son champ avec l’extrémité de la queue d’un dragon… Le majestueux Fu-Zang Long, protecteur des richesses de la terre et gardien des trésors enfouis.

Alors que le Léviathan s’était assoupi sous le champ du vieil homme, l’extrémité de sa queue, fine et palmée, venait se fondre dans la beauté des épis ondulants sous la caresse du vent. Le temps de la moisson étant venu, le vieil agriculteur vint faucher son orge et coupa, par mégarde, un petit morceau de la queue reptilienne qui fût alors brassée avec le reste de la récolte.

Il en résulta une puissante et étonnante bière aux notes fruitées qui conférait à ses buveurs santé et vitalité. Un breuvage à nul autre pareil, véritable force de la nature à l’image du cracheur de feu.

GreenTail, s’inspirant de cette histoire, a élaboré une bière d’exception alliant la douceur du litchi aux pouvoirs tonifiants du gingembre afin de s’approcher au plus près de la recette ancestrale du vieil homme.

La legende de Quetzal

Si l’on en croit les récits des anciens, les Aztèques vénéraient un dieu à l’allure singulière, un être divin reliant le ciel et la terre. Un serpent à plumes nommé Quetzalcoatl, divinité du cycle du temps, de la terre et de l’eau.  Mais il est une histoire que peu d’hommes connaissent, celle qui raconte la naissance de la Quetzal.

L’histoire se déroule dans la majestueuse cité des dieux, Teotihuacan. Vénéré de tous en ces lieux, Quetzalcoatl su, dans sa grande sagesse, qu’il existait par-delà l’océan, un royaume qui abritait une boisson aux pouvoirs uniques qui porterait un jour le nom de GreenTail.

Désireux d’offrir à son peuple un élixir aussi vertueux, il leur lança le défi de créer un breuvage unique qui les aiderait à se nourrir, à se réchauffer le sang, et leur donnerait le sourire durant les fraîches journées d’hiver. Afin de les aider dans cette quête il leur offrît un arbre qui leur donnerait des fruits aux saveurs inédites: le cacaoyer.

Inspirée par ce défi, une fidèle du divin serpent à plumes se lança en quête d’une recette qui ferait la fierté de son dieu. Elle utilisa les fèves de cacao comme source de sucre et le piment comme source de chaleur. Elle avait alors créé un breuvage nourrissant, qui chauffait la bouche et le corps, et qui pouvait apaiser l’esprit de tous ceux qui la buvait.

A l’instar du peuple Aztèque, les Gardiens du malt se lancèrent, des siècles plus tard, le défi de recréer cette boisson afin d’honorer le divin Quetzalcoatl. Et c’est ainsi que naquît la Quetzal